SK-40

SK-40

ad us. vet.
Prémélange médicamenteux destiné aux porcs et aux veaux.

 

COMPOSITION

Chlortetracyclini hydrochloridum 50 g
Tylosinum (ut T. tartras) 10 g
Sulfadimidinum (ut S. natricum) 100 g
Aromatica: Saccharinum et alia
Excipiens ad pulverem pro 1 kg

 

PROPRIÉTÉS/EFFETS

La chlortétracycline (CTC) est un antibiotique à effet bactériostatique appartenant à la famille des tétracyclines. Elle interfère dans la synthèse des protéines bactériennes en se liant de manière réversible aux ribosomes. In vitro, elle est active contre de nombreuses bactéries aérobies et anaérobies à Gram positif et à Gram négatif ainsi que contre les Mycoplasmes, Chlamydies et Rickettsies.
Des résistances à la chlortétracycline ont été observées et sont parfois largement répandues parmi les streptocoques, mycobactéries, entérobactéries, Klebsiella spp, Bacteroides, Proteus vulgaris, Pseudomonas spp, Serratia spp, Salmonella spp, E.coli, Pasteurella spp et quelques Mycoplasmes. Selon les données publiées, les taux de résistances à la CTC suivants ont été reportés en France: Salmonella spp entre 16% et 42% chez les bovins et entre 68% et 78% chez les porcs, certaines souches d’E.coli jusqu’à 96% chez les porcs et jusqu’à 99% chez les veaux.

La tylosine est un antibiotique à effet bactériostatique de la famille des macrolides. Elle bloque la synthèse des protéines bactériennes en se liant aux ribosomes. In vitro, la tylosine est principalement active contre les bactéries à Gram positif et contre les Mycoplasmes. Les gènes de résistance sont principalement transmis par plasmide: une résistance à la tylosine de 100% a été observée pour Actinobacillus pleuropneumoniae et Brachyspira hyodysenteriae et d’env. 80% pour Pasteurella multocida.
La tylosine n’est pas efficace contre les Enterobacteriacea. Des résistances à la tylosine ont par ailleurs été observées chez les staphylocoques et les streptocoques. Chez Campylobacter spp, des taux de résistances régionalement élevés ont été observés en Europe. Des résistances croisées parmi les macrolides (p.ex. entre la tylosine, l’érythromycine et la spiramycine), mais aussi avec les lincosamides et les streptogramines du groupe B sont connues.

La sulfadimidine appartient à la famille des sulfonamides. La synthèse de l’acide folique dans les microorganismes est perturbée par l’inhibition compétitive de l'enzyme dihydroptéroate synthétase. L’activité bactériostatique se dirige in vitro contre les bactéries à Gram positif et à Gram négatif.
Des taux de résistances élevés sont documentés pour E.coli et S. suis. 
Les sulfonamides ne sont pas efficaces contre les Mycoplasmes. Des études in vitro ne montrent pas d’interaction négative, mais plutôt un effet additif de la tylosine avec la CTC ou respectivement de la tylosine avec la Sulfadimidine, particulièrement contre les Pasteurelles et Bordetelles. Par conséquent, le dosage des différents principes actifs a été choisi plus bas que dans les monopréparations. Au vu du large spectre d’activité et d’un point de vue clinique, l’utilisation de l’association est particulièrement appropriée lors d’infections mixtes et secondaires. 
Des résistances croisées partielles ont été observées pour la tylosine et les tétracyclines, mais uniquement en cas de présence des gènes sur le même plasmide. Chez les bactéries intestinales à Gram négatif, la résistance aux sulfonamides et aux tétracyclines est souvent liée au plasmide et combinée. La situation actuelle concernant les résistances à la combinaison de principes actifs présentée n’est pas connue.

 

PHARMACOCINÉTIQUE

La chlortétracycline (CTC) est en premier lieu absorbée dans l’intestin grêle et diffusée dans la plupart des tissus et des liquides corporels, à l’exception du liquide céphalo-rachidien.
La CTC atteint les fœtus à travers le placenta et est également sécrétée dans le lait maternel. Les paramètres pharmacocinétiques de la CTC dépendent fortement de l’alimentation. Après administration par sonde gastrique de 40 mg de CTC/kg de poids vif à des porcs à jeun, une cmax de 2.4 μg/ml a été atteinte. Chez des porcs préalablement nourris, une cmax de seulement 0.8 μg/ml a été atteinte. Ces concentrations maximales ont été atteintes après 3.7 et 3.2 heures. Chez le porc, la biodisponibilité de la CTC se situe entre 5% et 30% selon le régime alimentaire.
La demi-vie d’élimination chez le porc est d’environ 4 heures. La CTC est liposoluble et pénètre relativement bien les tissus.
Après administration intraruminale de 22 mg de CTC/kg de poids vif chez des veaux nourris uniquement au lait, une cmax de 1.9 μg/ml a été atteinte après 15.7 heures. La biodisponibilité chez le veau après administration intraruminale est d’environ 24%.
La demi-vie d’élimination varie entre 9 et 18.5 heures selon le régime alimentaire. Des concentrations pulmonaires de 1 μg/ml ont été déterminées après 12 heures et de 0.29 μg/ml après 24 heures.
L’élimination se fait primairement sous forme inchangée dans les reins par filtration glomérulaire et en moindre quantité dans la bile. La substance excrétée par la bile est réabsorbée par l’intestin, ce qui explique la demi-vie d’élimination relativement longue. 
 
La tylosine atteint des concentrations intracellulaires importantes dans la plupart des tissus. Sa capacité d'accumulation intracellulaire est particulièrement développée dans les tissus pulmonaires, où des concentrations plusieurs fois supérieures au sérum peuvent être atteintes. Le taux de liaison aux protéines plasmatiques varie de 35 – 45%.
Le tmax après administration orale chez le porc est de 1 – 2 heures, la biodisponibilité est inférieure à 20%. La demi-vie d’élimination est d’environ 2.5 heures. Après une biotransformation hépatique partielle, la tylosine est éliminée par sécrétion biliaire et par sécrétion rénale.

La sulfadimidine est bien absorbée par le système digestif et distribuée dans la plupart des tissus et liquides corporels. La biodisponibilité de la sulfadimidine chez le porc et chez le veau est de l’ordre de 80%. L’élimination après biotransformation partielle s’effectue par filtration glomérulaire et sécrétion tubulaire dans les reins. La demi-vie d’élimination varie fortement selon l’espèce. Elle est d’environ 4 – 6 heures chez le veau et d’environ 9 – 16 heures chez le porc.


INDICATIONS

Traitement et métaphylaxie des infections bactériennes combinées, si les bactéries impliquées sont sensibles à la combinaison chlortétracycline, tylosine et sulfadimidine, particulièrement:

Porcs:affections des voies respiratoires causées par les mycoplasmes (spécialement la pneumonie enzootique), Bordetella bronchiseptica, Pasteurella multocida (Rhinitis atrophicans) et Actinobacillus pleuropneumoniae (APP). Affections intestinales causées par Lawsonia intracellularis (Adénomatose porcine intestinale) et E.coli. Inflammations des séreuses et des articulations causées par Haemophilus parasuis.

Veaux: affections des voies respiratoires causées par les mycoplasmes et les pasteurelles.

 


POSOLOGIE/MODE D’EMPLOI

Porcs et veaux
40 g SK-40 par 100 kg de poids vif par jour pendant 4 – 7 jours; ceci correspond à 20 mg de chlorhydrate de chlortétracycline, 4 mg de tylosine et 40 mg de sulfadimidine par kg de poids vif et par jour.
Remplie à ras, la mesurette ci-jointe (seulement dans les boîtes de 1 kg) contient environ 20 g.

Mode d’emploi pour la préparation d’un aliment médicamenteux
Le SK-40 peut être incorporé à de la farine pour les porcs et à du lait en poudre pour les veaux.
Le SK-40 ne doit pas être pelletisé. Le lait médiqué doit être administré dans un délai de 3 heures après dissolution du SK-40.
Attention: bien mélanger le lait médiqué juste avant l’administration. Au vu de sa mauvaise solubilité dans l’eau, le SK-40 ne doit pas être administré par le biais de l’eau de boisson.
Attention: la présence de cations divalents et trivalents peut diminuer l’absorption et l’efficacité de la chlortétracycline.


Valeurs indicatives pour la préparation d’un aliment médicamenteux
La proportion de SK-40 à ajouter dépend du poids des animaux ainsi que de la quantité de nourriture absorbée et peut être déterminée selon la formule suivante:

A x B
___=kg prémélange médicamenteux (PM) par t de nourriture (ou g de PM par l de lait)
C x 100

A = dose requise en g de PM par 100 kg de poids vif par jour
B = poids vif moyen en kg des animaux à traiter
C = quantité moyenne journalière d’aliment en kg ou de lait médiqué en l par animal.
Remarque: la quantité de nourriture ingérée peut varier considérablement en fonction de l’âge, de l’état de santé des animaux, du type de nourriture et des conditions climatiques.

Exemples
Porcs
Selon la formule susmentionnée, le SK-40 doit être mélangé à un aliment complet comme suit:
• Porcelet pesant 10 kg avec une ingestion journalière de 300 g de nourriture: 13.3 kg de SK-40 par tonne
• Porc pesant 20 kg avec une ingestion journalière de 1 kg de nourriture: 8 kg de SK-40 par tonne
• Porc pesant 50 kg avec une ingestion journalière de 2.3 kg de nourriture : 8.7 kg de SK-40 par tonne
 
Veaux
Selon la formule susmentionnée, le SK-40 doit être mélangé à un aliment complet comme suit: Alimentation à l’automate ou abreuvement au seau
Adapter la proportion de SK-40 à ajouter selon l’ingestion et le poids des animaux
• Veaux pesant 50 kg avec une ingestion journalière de 6 l de lait ou de lacto-remplaceur: 3.3 g de SK-40 par litre
• Veaux pesant 70 kg avec une ingestion journalière de 9.4 l de lait ou de lacto-remplaceur: 3 g de SK-40 par litre
La quantité de la buvée ou respectivement de lacto-remplaceur varie fortement selon le régime alimentaire, les conditions d’élevage et du troupeau. La concentration doit être adaptée selon la formule susmentionnée.

 

LIMITATIONS D’EMPLOI

Contre-indications: ne pas utiliser chez les animaux présentant une hypersensibilité connue à un des principes actifs. A utiliser avec précaution en cas d’insuffisance rénale connue.
Précautions d’emploi: si une alternative existe avec une monopréparation donnant un succès comparable, il faudrait éviter l’emploi d’une préparation avec plusieurs principes actifs.
Le SK-40 ne doit être administré qu’après confirmation bactériologique du diagnostic et après un test de sensibilité des germes impliqués. En cas d’absence d’une amélioration évidente après 3 jours, il faut effectuer un nouveau test de sensibilité ou changer le traitement.
Les animaux dont l’état de santé général est manifestement mauvais et ceux qui souffrent d’un manque d’appétit doivent recevoir un traitement par voie parentérale.
Après la fin du traitement, le dispositif d’administration de l’aliment doit être nettoyé soigneusement et de manière adéquate afin d’éliminer tous les résidus des antibiotiques utilisés.
Ne pas dévier de la dose prescrite.

 

EFFETS INDESIRABLES

Dans de rares cas, des vomissements, de la diarrhée, une perturbation de la flore intestinale, un manque d’appétit et une diminution de la production de lait peuvent être observés chez les porcs après administration de la chortétracycline,  la tylosine et la sulfadimidine.
Chez les ruminants, l’application per os de tétracycline peut causer une perturbation de la flore intestinale physiologique.
Les sulfonamides administrés à des doses élevées peuvent causer une détérioration du système hématopoïétique.
Chez l’animal en croissance, la tétracycline peut se déposer dans les zones cartilagineuses de l’épiphyse des os et dans l’émail dentaire sous forme de complexes. Ces dépôts dans l’émail dentaire peuvent occasionner un jaunissement des dents chez le jeune animal.

 

DELAIS D’ATTENTE

Porcs et veaux:
Tissus comestibles: 20 jours

 

INTERACTIONS

L’absorption de la chlortétracycline dans l’estomac peut être diminuée par la présence de nourriture, de lait ou de lacto-remplaceur. Les cations polyvalents (Ca2+, Mg2+, Fe2+) peuvent diminuer l’absorption de la tétracycline en formant des complexes.

 

REMARQUES PARTICULIERES

Remarques concernant la conservation
• Médicament à tenir hors de portée des enfants.
• Ne pas conserver au-dessus de 25°C et conserver au sec.
• Conserver dans l’emballage original. Bien refermer l’emballage après ouverture et protéger de l’humidité.
• Le médicament ne peut être utilisé au-delà de la date imprimée sur le récipient avec la mention «Exp.».
• Tous médicaments vétérinaires non utilisés doivent être éliminés conformément aux exigences locales.


Durée d’utilisation après préparation d’un aliment médicamenteux
• Farines: max. 8 semaines (à température ambiante, au sec et à l’abri de la lumière).
• Lait en poudre: max. 8 semaines (à température ambiante, au sec et à l’abri de la lumière).
• Lait médiqué / lacto-remplaceur préparés: max. 3 heures.
 

Remarques pour l’utilisateur
• Eviter le contact direct avec la peau et les muqueuses lors de l’incorporation du SK-40.
• Porter un équipement de protection, comportant des habits de protection, des gants, un masque et des lunettes de protection.
• Ne pas fumer, manger ni boire pendant l’application.

 

PRESENTATIONS

Boîtes de 1 kg (avec mesurette) et sacs de 5 kg et 25 kg avec film intérieur en polyéthylène (sans mesurette).

 

ATCvet Code: QJ01RA02

Swissmedic: 42’296 (A)

 

Fabricant / Titulaire de l’autorisation
BIOKEMA SA
Crissier-Lausanne


Mise à jour de l’information: décembre 2007